Madame Ordinaire

Madame Ordinaire

Menu
Un an ♥

Un an ♥

C'était il y a un an. Les jours se sont envolés depuis ce Dimanche 7 Novembre 2010 mais les souvenirs de cette journée sont incroyablement gravés en moi. Des images, des sensations, des émotions...

Petite-I-jpg


La nuit a été longue, ponctuée par ces vagues de contractions et ce besoin de repos impossible à combler.

Lui ne s'est même pas aperçu que je n'ai pas passé la nuit à ses côtés. Il s'est levé lorsqu'il a entendu que Miss N. était réveillée et j'ai eu bien du mal à contrôler cette colère que je ressentais envers lui. 

Durant la matinée, les contractions semblaient s'être apaisées et j'en profitais pour vérifier que nos affaires étaient prêtes pour la maternité. Alors que j'avais espéré me reposer pendant la sieste de Miss N., elles sont revenues, plus fortes et plus régulières aussi. Il était impossible que je reste allongée, j'allais et venais tout en essayant de les compter. Elles revenaient inévitablement toutes les cinq minutes.

Au réveil de Miss N., nous avons rassemblé nos affaires et, sans le savoir encore, nous avons fermé la porte sur notre vie à trois...

 

Peu après notre arrivée à la maternité, je suis reçue par la sage-femme qui est de garde. Elle m'invite à entrer dans une petite pièce pour m'examiner et pour m'informer sur la suite de notre journée. Le hasard fait que je l'avais rencontré quelques jours auparavant lors d'une séance de préparation à l'accouchement.
Cinq centimètres.
Il n'y a plus de doute, notre Bébé a bien embarqué pour son grand voyage...

 

Il est 18h30, la sage-femme nous conduit dans notre chambre et Mr Ordinaire va chercher nos affaires qui sont restées dans la voiture. Je gére les contractions tout en me préparant à rejoindre la salle de dilatation. Miss N. est à mes côtés et j'ai bien du mal à trouver les mots pour lui expliquer ce qui est en train de se passer...

Vers 19h il part la conduire chez sa grand-mère, avant de venir me rejoindre pour partager les derniers instants qui nous séparent du moment de la rencontre avec notre deuxième Bébé.
Une heure seulement après notre arrivée et déjà huit centimètres.
Tout va très vite et tout me semble si différent de la première fois... Je suis pratiquement libre de mes mouvements et complètement à l'écoute de ces messages que m'envoie mon corps.
Vers 20h, les contractions sont violentes et la fatigue se fait ressentir. J'ai très chaud puis soudain très froid. Je tremble, j'ai la nausée. Je commence à paniquer, je commence à croire que je ne vais pas y arriver.  
À 20h30 notre gynéco arrive et il vient m'embrasser. Il me demande comment je me sens avant de finalement m'examiner. À mon angoisse de ne pas y arriver, il me répond uniquement de m'assurer par moi-même de l'avancée du travail... Je peux déjà sentir la tête de notre bébé.

 

Tout en me conduisant en salle de naissance, il m'assure que nous allons pouvoir lui présenter notre Bébé avant 21h.
Je sens les contractions m'emporter, mon ventre se tordre et l'envie de pousser qui s'invite également.
Il me dit de me laisser guider par mon corps, il me dit que je "sais" et que je n'ai plus qu'à m'abandonner.

 

"Déjate llevar"

 

Il est 20h55. Notre Petite I. vient de nous rejoindre. Alejandro la pose sur mon ventre, elle est toute chaude, toute glissante et je reconnais immédiatement l'odeur du liquide amniotique.

Elle crie très fort mais dès que je commence à lui parler, elle se calme et je la vois qui cherche à ouvrir ses yeux, qui me cherche...
Puis, alors qu'elle cherche mon sein, je me revois deux ans en arrière dans cette même salle de naissance qui a vu naître Miss N. L'émotion m'emporte...

 Un-an.jpg

 

Aujourd'hui Petite I. a un an. Cela fait maintenant un an que j'ai compris comment le coeur d'une mère peut aimer à l'infini, que notre patience peut dépasser toutes les limites.

 

Il y a un an je craignais de revivre une douloureuse expérience de la naissance. Au lieu de ça, j'ai eu la chance de vivre une naissance proche de ce que j'avais imaginé, idéalisé.

J'ai eu bien du mal à trouver des mots pour décrire la force de cette expérience empreinte de tant d'émotions et mêlée à une douleur si intense. Ces mots tentent de traduire ce que j'ai vécu et ce que j'ai ressenti en donnant naissance pour la deuxième fois dans ma vie.

 

Joyeux anniversaire Petite I., joyeux anniversaire ma chère petite fille.  

 

Rendez-vous sur Hellocoton !