Madame Ordinaire

Madame Ordinaire

Menu
Presque un jour ordinaire...

Presque un jour ordinaire...

Il y avait quelque chose de différent dans cette journée qui avait commencé comme toute autre. Je ne sais pas si c'est à cause du pain d'épices du petit déjeuner, du bruit de la pluie qui cognait sur la verrière ou même du réveil en chanson de Miss N. mais je crois que je voulais absolument me souvenir de chaque petit détail.

 

Il pleuvait toujours lorsque je suis partie à 7h30 et Petite I. dormait encore. Sur la route j'ai essayé de ne pas trop écraser l'accélérateur même si je savais parfaitement que j'allais encore arriver en retard.

À peine arrivée au bureau, je me suis aperçue que mon téléphone n'avait plus de batterie et que je n'allais pas être joignable au cas où Mr Ordinaire aurait besoin de me contacter... Je n'allais pas pouvoir sortir avant 15h et je me suis vite rendue compte que mes deux clémentines allaient difficilement me faire tenir jusqu'à l'heure de mon prochain repas.

 

Une fois l'horaire accompli, j'ai repris la route en pensant à ce week-end qui prévoyait d'être agréable. Un colis à récupérer, une brocante où aller flâner, du temps pour ne rien faire...

 

Quand je suis arrivée Petite I. m'attendait presque sur le pas de la porte et tout de suite elle a tendu les bras pour venir se blottir contre moi. Nous sommes rentrées et nous sommes allées nous allonger dans le grand lit pour que je lui donne ce qu'elle attendait afin de s'endormir paisiblement...

J'ai ensuite pu m'asseoir et déguster le repas que m'avait préparé Mr Ordinaire avant de partir travailler à son tour. Ce n'était rien de particulier mais il avait laissé visible son envie de me faire plaisir et c'est bien là ce qui m'a le plus touchée.

 

À 17h je suis allée récupérer Miss N. à la sortie de l'école et j'étais fière de tenir la main de cette jolie demoiselle qui s'abritait sous le même parapluie que moi. Nous sommes rentrées retrouver Petite I. qui nous attendait pour goûter et je me suis régalée de voir ces regards complices qu'elles échangent, mêlés du plaisir d'être réunies et de la déception de devoir se partager mon attention.

 

La fin de journée s'est vite envolée et ce n'est qu'une fois qu'elles ont été couchées que j'ai enfin laissée la vague m'emporter.

 

En fait ce n'était même pas une vague mais bien une véritable marée qui m'a submergée. Des souvenirs par milliers, des images, des pensées, des mots, des émotions, c'était tellement vivant que j'aurais presque pu passer la soirée à tourner les pages d'un album photo pour m'y retrouver.

 

Je me suis souvenue de cette époque où mes soirées étaient aussi remplies que mes journées (ce qui est nettement moins le cas aujourd'hui), j'ai repensé à ces années étudiantes et ce départ pour l'Espagne en tant qu'Erasmus (avec à la clé la rencontre avec celui qui est aujourd'hui Mr Ordinaire), ce premier "vrai" job dans un domaine que je n'avais pas forcément envisagé, une signature devant le notaire pour notre premier bien immobilier puis cette autre signature devant Mr le Maire, un voyage de noces inoubliable, deux fois Neuf mois à couver et deux Princesses à câjoler...

 

Aujourd'hui j'ai trente ans, je suis mariée et j'ai deux enfants. Ma vie ne ressemble en rien à tout ce que j'avais pu imaginer il y a dix ans et je crois que c'est la raison pour laquelle tout a autant de valeur à mes yeux. Rien d'extraordinaire et à la fois tellement précieux...

 

Ce soir je n'ai soufflé aucune bougie, je n'ai ouvert aucun paquet et je dormirai seule. Je vais me laisser bercer par cette vague qui m'a amenée jusqu'ici aujourd'hui, en sachant que parfois j'aurais certainement souhaité qu'il en soit autrement mais en même temps je n'y changerais rien pour autant.


"Tu as vingt ans, tu déconnes un brin et quand tu te réveilles, tu en as trente. C'est fini, plus jamais ton âge ne commencera par un deux". [Frédéric Beigbeder]

 

Rendez-vous sur Hellocoton !