Madame Ordinaire

Madame Ordinaire

Menu
Nos grands-parents, piliers de notre histoire

Nos grands-parents, piliers de notre histoire

À ma naissance, je faisais partie de ces enfants qui ont la chance d'être entourés à la fois par leurs grands-parents maternels et paternels.

Très vite, l'un d'entre eux est venu manquer à l'appel mais pourtant, je n'ai jamais ressenti le manque de ce grand-père. On pourrait attribuer cela à l'âge que j'avais lorsqu'il nous a quitté mais ce que je crois, c'est que mon entourage a toujours su garder vivant son souvenir et que cela lui a permis de rester, encore aujourd'hui, parmi nous.

 

J'ai relu récemment un article paru dans le magazine "Tu Bebé" où le Dr Carlos González (Pédiatre et Président de l'Association Catalane de soutien à l'allaitement maternel) nous dit:

 

"Nous continuons à vivre dans la mémoire de ceux qui nous ont connu et qui nous ont aimé. Nous vivons, d'une certaine façon, tant que quelqu'un se souvient de nous".

 

Nous avons toujours été plus ou moins en bons termes avec nos grands-parents mais je sais que si cela n'avait pas été le cas, mes parents auraient certainement fait de leur mieux pour nous transmettre l'essentiel les concernant car cela fait partie de l'histoire des enfants.

 

Je ne me souviens pas à quel moment mon regard a changé à l'égard de mes grands-parents. À l'adolescence, je n'accordais que peu d'importance aux récits de jeunesse de ma grand-mère maternelle. Aujourd'hui, je donnerais n'importe quoi pour l'entendre me raconter encore ses souvenirs d'autrefois... J'aurais certainement aussi bien des questions à lui poser:

 

- À quoi jouait-elle enfant?

- Où allait-elle à l'école?

- Quels étaient ses livres préférés?

- Comment faisaient les gens lorsqu'il n'y avait pas la TV?

- Comment fêtaient-ils Noël?

 

Grand-mère

 

Je repense aussi à la distance qui nous séparait de nos grands-parents paternels et qui nous a si souvent empêchés de partager ces Réveillons de Noël ou ces journées d'anniversaire. Pourtant, cette distance n'a pas pu éviter que chacun d'entre nous porte au fond de lui l'influence de ces générations qui nous ont précédé.

J'ai envie de croire ce que dit Carlos González dans son article:

 

"Le caractère, la profession, les croyances et les valeurs de nos parents dépendent en majeure partie de la manière dont leurs parents les ont élevés. [...] Même sans les connaître, leur influence se transmet à travers les générations".

 

Ainsi, je reste persuadée que ma passion pour les activités manuelles me vient de ma grand-mère paternelle, mon respect pour la terre de mon grand-père paternel, mon goût pour la cuisine de mes grand-mères et puis certainement ce caractère bien trempé serait hérité de ce grand-père maternel...

 

Quand j'étais plus jeune, j'ai très souvent reproché à mes parents d'avoir ajouté les prénoms de mes grand-mères à mon état civil. Question de tradition ou pas, aujourd'hui je n'ai plus aucune gêne lorsque l'on énumère tous mes prénoms. Au contraire, c'est avec une fierté mêlée d'émotion que je porte leurs prénoms car je sais que c'est une partie d'elles qui m'accompagnera pour toujours.  

 

Le fruit du hasard fait que mes filles ont également des grand-parents à distance et je sais que nous avons tous beaucoup à faire pour leur transmettre ce qui fera également partie de leur histoire. De mon côté, cela fait déjà bien longtemps que je collecte toutes ces petites informations de ma famille car je suis certaine que de savoir d'où je viens m'aide à savoir où je vais.

 

Si vous souhaitez en savoir davantage sur cet article du Dr Carlos González, je vous invite à lire mon billet du jour sur le blog collectif des Vendredis Intellos.

 

Les Vendredis Intellos

 

Rendez-vous sur Hellocoton !