Madame Ordinaire

Madame Ordinaire

Menu
La boucle est bouclée

La boucle est bouclée

Il y a trois ans j'attendais de mettre au monde mon premier bébé et je quittais mon activité professionnelle avec la certitude de revenir au même endroit une fois terminé mon congé maternité. Les seize semaines se sont envolées, mes doutes se sont multipliés, mes cernes se sont creusées et ce désir de rester encore auprès de mon Bébé m'a poussée à prendre six mois de plus à la maison.

Ensuite, tout s'est enchaîné...

Un changement de direction dans l'entreprise, un poste qui ne me convenait plus, l'envie de découvrir de nouveaux horizons... C'est ainsi que j'ai signé la fin de ce contrat, sans savoir vraiment ce qui m'attendait avec mon nouveau statut de mère au foyer. Pour quelqu'un qui disait ne jamais vouloir dépendre de son mec, ni passer son temps le nez dans les couches et les biberons (ça aussi c'était avant), je faisais moins la maline...

 

De plus, au niveau de mon entourage il y a eu un peu de tout au niveau des réactions. Des voix qui me disaient "tu as raison de rester t'occuper de ta famille, c'est le meilleur rôle que tu pourras avoir dans ta vie", "Mais comment tu feras pour retrouver du travail après être restée autant de temps inactive (intellectuellement parlant)?", "En tous cas tu dois surtout penser à garder du temps pour toi, ça t'aidera à garder le cap". Comme pour tout, il y a du bon et du mauvais partout mais si on a déjà tendance à se poser 10000 questions avant de prendre une décision, ce n'est pas en ayant davantage de choix que ce sera plus évident. [D'ailleurs j'ai bien songé à me clôner autant de fois qu'à claquer la porte de chez moi pour tout oublier].


Puis une deuxième Poupée s'est annoncée et même si je souhaitais en profiter autant que pour la première, j'avais besoin de me prouver que j'avais toujours la capacité de faire davantage. C'est ainsi que je suis retournée sur les bancs de la fac pour suivre un Master tout en répondant aux besoins d'un Bébé de quelques semaines seulement, en gérant le chantier de notre future maison et enfin les préparatifs de notre déménagement.

J'ai cru que je pouvais toujours faire plus et toujours faire mieux, pour prouver je-ne-sais-quoi à je-ne-sais-qui... Ça n'a duré qu'un temps, j'ai bien été obligée de me rendre à l'évidence...


Je n'ai aucun regret de ces trois années pendant lesquelles je me suis découverte bien plus maternelle que ce que j'avais imaginé mais je sais aussi que je n'aurai plus jamais les responsabilités professionnelles que j'avais avant de devenir Mère. Il y a deux mois que j'ai pris la décision de chercher un nouvel emploi et mise à part la motivation principale (financière, soyons honnêtes), il y avait tout un tas de raisons qui m'incitaient à le faire.

 

Le 2 Novembre je vais donc retrouver le chemin de la vie active (comme si le fait d'être restée à la maison m'avait rendue passive...) et depuis que cet évènement est inscrit sur mon calendrier, j'ai l'impression d'être victime d'un véritable complot.

Des centaines de pensées se bousculent dans ma tête et voudraient m'empêcher de profiter de ces quelques jours de pseudo-liberté avant ce qui sera le retournement complet de nos habitudes.

 

Conciliation1.jpg

 

En vrac et dans le désordre ça donne quelque chose comme ça:

- J'ai eu de la chance de pouvoir être 100% disponible pour mes bébés et leur quotidien. Allaitement, couches lavables, petits plats faits maison et respect du rythme de chacune. Et si j'en avais fait trop? Comment vais-je faire maintenant que mon temps sera bien plus limité?

- En même temps si j'avais travaillé, peut-être que le simple fait de parler avec des ADULTES (autres que la caissière du supermarché, le facteur ou le pédiatre) m'aurait permis d'être parfois plus calme, de m'énerver moins facilement et d'apprécier davantage les moments passés avec elles. Ou pas...

- D'un côté j'ai aussi besoin de me redécouvrir. Tout ce temps que j'ai consacré à ma famille m'ont éloigné de moi-même. Je n'ai pas pris la peine de voir que le temps passait aussi pour moi, je ne sais plus réellement où sont mes centres d'intérêts tellement je me suis fondue dans ceux de mes filles. 

- Comment est-ce que nous allons gérer les horaires de tous, l'adaptation à la crêche pour la plus petite, la cantine tous les jours pour la plus grande, les repas à préparer, les nuits sans sommeil, la liste est interminable...

 

Au final j'arrive à la même réponse pour presque toutes ces fichues questions.

Il va falloir que j'apprenne à déléguer (un défi personnel), que j'accepte de m'éloigner de mes filles car d'autres personnes que moi peuvent s'en occuper, que Mr Ordinaire cesse de se reposer toujours sur moi, en bref il va surtout nous falloir du temps pour nous habituer à ce nouveau rythme.

Ce soir, même si j'ai la gorge nouée par toute cette vague de nouveauté qui approche, j'essaye de rester confiante et de me dire que même si tout ne sera pas parfait, nous y mettons notre meilleure volonté de parents...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !