Madame Ordinaire

Madame Ordinaire

Menu

Concilier sa vie familiale et sa vie professionnelle #1

Aujourd'hui cela fait quinze jours que j'ai recommencé à travailler, par conséquent cela fait quinze jours que j'ai découvert ce que signifie "concilier" sa vie familiale et sa vie professionnelle (et là je ne parle même pas de vie personnelle, ça ne rentre plus dans les journées de 24H). Quinze jours c'est peu pour se faire une idée du changement de rythme mais en même temps c'est amplement suffisant pour se rendre compte que non, plus rien ne sera plus jamais comme avant...

 

Lorsque je pars le matin, il est rare que j'ai le temps d'embrasser mes Poupées car Miss N. se lève à peine et Petite I. dort encore (celle qui dort uniquement lorsque tout le monde est levé, cela dit en passant...). Mon boulot est à 20 Km de chez nous mais je rentre quand même manger (la bonne excuse...) car cela me permet de les voir (pas beaucoup plus d'ailleurs) et de les laisser ensuite chez ma belle-mère avant de repartir pour une poignée d'heures en plus.

 

Lorsque je rentre il est 19 h, elles sont fatiguées de leur journée et Miss N. me demande: "¿Y tú dónde estabas? / Et toi, où tu étais?". Au travail ma chérie, même si je pourrais le lui dire en hébreu que ça lui ferait le même effet...

Il faut alors commencer la deuxième journée de travail et savoir enchaîner le bain, le dîner, gérer les disputes, le tout sans s'énerver car c'est le seul moment de la journée que nous passons ensemble...

 

En quinze jours j'ai déjà compris que la seule solution qui existe pour ne pas péter les plombs avec ce rythme, c'est L'ORGANISATION. Parfaitement. C'est ainsi que je prépare la veille les repas du lendemain ainsi que les tenues à enfiler aux demoiselles pour Mr Ordinaire qui "ne sait jamais quoi leur mettre".

 

Alors c'est donc ça la vie d'une mère "active" (j'y tiens)? J'ai maintenant l'impression de me consacrer à mes Princesses comme si mon rôle de Maman était devenu un loisir auquel je peux me consacrer uniquement lorsque je suis libérée de mes obligations professionnelles...

Et puis finalement de quoi est-ce que je me plains? J'ai eu la chance de pouvoir rester auprès d'elles jusqu'à maintenant et d'après mes connaissances, "c'est un luxe d'avoir du travail en Espagne à l'heure actuelle". C'est clair. Ou pas...

 

Pour finir sur ces quelques lignes complètement dans le désordre, ce midi j'ai découvert le meilleur de l'affaire. Il y avait une assemblée générale des employés. Une réunion comme une autre, ai-je pensé, seulement j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de monde pour une simple élocution du responsable syndical. Ah oui, le sujet du jour était un gros ras-le-bol à cause du non-paiement des salaires. 

 

Autrement dit je suis en train de "concilier"(hypothéquer?) ma vie familiale avec un poste de bénévole. Qui dit mieux?