Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 Oct

Bien punir ses enfants (Ou pas)

Publié par Madame Ordinaire  - Catégories :  #Réflexions du quotidien

Il y a de nombreux sujets dans la Blogosphère des Mamans qui suscitent débats et polémiques. Je pourrais citer l'allaitement, le cododo, le portage ou encore le sommeil mais je suis certaine que bien d'autres discussions pourraient provoquer d'aussi longs (et non moins riches) échanges.

Je viens aujourd'hui ajouter mon grain de sel à tout ça en abordant le sujet de la punition car j'ai moi-même commencé à y réfléchir après avoir lu certains billets publiés sur le blog des Vendredis Intellos.


***************

C'est la lecture d'un article paru dans le magazine Psychologies au mois d'Avril 2006 (presque un collector) écrit par Édourad Caupeil et intitulé "Bien punir ses enfants" qui m'a inspiré cette courte réflexion du jour.

Limites


Les notions que j'avais de la question jusqu'alors me disaient que la punition n'engendrerait que haine, vengeance, mépris, culpabilité et dévalorisation (voir article écrit par Vaalos, lien en fin de billet). C'est en effet cet éventail de sentiments que j'ai pu ressentir lorsque dans mon enfance j'ai connu l'expérience de la punition. Une frustration immense, une impression d'injustice et la volonté terrible de me venger de mon "punisseur".

 

En y réfléchissant bien, je me suis donc interrogée sur mon rapport à la sanction
Je m'explique: j'ai été "punie" récemment pour avoir enfreint le code de la route en dépassant la limite de vitesse autorisée sur une autoroute.

Qu'ai-je donc retenu de cette amende qui m'a coûté 150 € et qui a amputé sérieusement le budget de mes vacances?
--> À surveiller davantage les radars, à contourner l'interdit tout en ayant parfaitement conscience de l'objectif fixé par la limitation.

 

Tout comme le dit Sandrine du blog S comme C, la punition servirait à faire respecter l'ordre établi mais n'implique pas une dynamique de changement ni de réflexion chez la personne (l'enfant) puni.

L'article du magazine Psychologies décrit la punition comme étant "la meilleure façon de poser les interdits". Cela signifie donc que les interdits sont posés mais que la menace de la punition ne suffit pas toujours à les faire respecter.

 

"L'éducation repose sur un système de règles qui doivent permettre à l'enfant de comprendre la différence entre ce qui est autorisé et ce qui est interdit et, par extension, entre le bien et le mal. Or une règle n'en est une que si elle est assortie d'une sanction en cas de transgression" (Patrick Traube, psychologue).

 

N'y aurait-il donc pas d'autre solution que celle de sanctionner systématiquement le moindre écart de conduite? Sommes-nous donc obligés en tant que parents de recourir à des sanctions ou autres privations pour faire respecter l'ordre que nous avons établi?

 

"À tout âge, les privations sont les sanctions les plus efficaces. Il faut viser des activités stériles (télé, jeux vidéo, sorties...) et non celles qui lui permettent de s'épanouir ou qui lui sont vitales (sport, art, nourriture)."

 

Chez nous, je ne peux pas dire que la punition n'existe pas (ce serait trop beau). Il y a certains principes sur lesquels nous sommes tombés d'accord avec Mr Ordinaire et nous faisons en sorte que la punition reste rare car je doute fortement que cela soit le seul moyen de se faire entendre. 
Pourtant il est bien difficile de ne pas se laisser guider par les conseils (bienveillants certes) que l'on reçoit et qui viseraient à appliquer aujourd'hui des méthodes dignes d'une époque révolue. Il est bien difficile également d'adapter notre comportement lorsque la fatigue nous pèse, les obligations nous étranglent ou le comportement de nos enfants se trouvent complètement à l'opposé de celui auquel nous avions essayé de nous préparer.

Le plus difficile, selon moi, est de trouver un juste équilibre qui nous permette de poser les règles qui nous sont essentielles sans pour autant être obligés de nous raccrocher au chantage ou à la menace de la punition / sanction pour les faire respecter. Sacré programme!!

 

"Le seul mot de punition sonne mal: avec ses relents d'autoritarisme, il nous ramène des décennies en arrière, quand fessées, claques, voire coups de martinets volaient pour presque rien. C'était l'éducation à la dure, héritage d'une tradition séculaire n'accordant à l'enfant aucun droit, seulement des devoirs d'obéissance aveugle".

 

Pour conclure, je suis en partie d'accord avec la fin de l'article qui affirme que pour qu'une sanction soit utile, il faut qu'elle conduise l'enfant à une responsabilisation. L'enfant qui salit devrait aider à nettoyer, l'enfant qui casse devrait aider à ramasser, etc... Je dis en partie car il ne me semble pas que cela soit une punition dans le sens qu'on lui connaît mais plutôt une façon d'aider l'enfant à prendre conscience des conséquences de ses actes. Il ne me reste plus qu'à chercher et trouver comment conduire au mieux mes filles sur cette voie car de leur côté elles perçoivent cela comme une véritable punition!  

 

"Éduquer c'est responsabiliser" 

 

À lire également:

Punir, ça sert à quoi? par Sandrine

Communication épanouie: Critique de la punition (Vaalos)

 

Alors punir ou pas, quelle est votre position sur la question?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article
C
<br /> Si tu veux envisager autrement ta relation avec tes filles et apréhender autrement leurs réactions. Je te propose de lire Parents efficaces de Gordon ci-dessous une présentation.<br /> <br /> <br /> http://www.poule-pondeuse.fr/2008/10/09/parents-efficaces/<br /> <br /> <br /> Franchement Fiston a 12 ans aujourd'hui et c'est un jeune adorable et bien dans sa peau, je ne sais pas ce que serait devenu cette boule d'energie et de contestation qu'il était à 2 ans si je<br /> l'avais accompagné autrement.<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Je te remercie pour le conseil, je vais chercher ce livre et essayer de prendre bonne note de ses conseils! À bientôt!<br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> Ouh la! c'est un gros sujet que tu abordes, là.<br /> <br /> <br /> En ce moment, nous sommes en plein dans la phase d'opposition ; "non" est le mot récurrent dans la conversation de notre Première, les cris et surtout le lancer du premier objet qui lui passe<br /> sous la main, ou encore les coups portés à son père sont les "joies" que nous vivons au quotidien.<br /> <br /> <br /> Malheureusement, Môssieur craque en ce moment et au lieu d'appliquer ce que l'on a dit, il a la main qui dérape trop souvent à mon goût. "tu n'as pas le droit de taper Papa" ok, mais la situation<br /> inverse est également applicable : je ne dois pas non plus te taper. C'est vrai quoi, comment expliquer à un enfant qu'il ne doit pas taper si on le tape nous-mêmes?<br /> <br /> <br /> Je ne menace jamais ma fille de punition, je la sors de la pièce dans laquelle nous sommes, la mets dans le couloir la plupart du temps et lui demande de revenir quand elle sera calmée. Souvent,<br /> elle revient aussi sec. Alors je la remets dans le couloir et lui dis "non, tu ne t'es absolument pas calmée ; tu restes là, avec ton doudou (très important, ne JAMAIS la priver de son doudou en<br /> cas de colère, cela ne ferait qu'empirer les choses), tu réfléchis à ce que tu viens de faire, tu te calmes et ensuite tu pourras revenir vers nous et dire pardon"<br /> <br /> <br /> C'est la seule chose qui fonctionne.<br /> <br /> <br /> Quand elle lance un jouet de colère, le jouet est aussitôt posé sur le haut de l'armoire, bien à sa vue. Il lui est rendu une fois la colère passée et une fois qu'elle a su expliquer à sa façon<br /> ce qui s'est passé. (je passe beaucoup de temps à lui demander de me raconter ce qui s'est passé, qu'elle me donne la raison pour laquelle j'ai mis son jouet sur l'armoire, etc)<br /> <br /> <br /> Je n'envoie jamais ma fille dans sa chambre car sa chambre doit rester l'endroit dans lequel elle se repose, joue et dort. La chambre ne doit pas être un lieu de punition, à mon avis.<br /> <br /> <br /> Enfin, quand elle fait une bêtise du style renverser la carafe d'eau alors que je l'ai avertie plusieurs fois, je lui demande d'aller chercher une éponge et de ramasser avec moi. Le seul<br /> problème, c'est que ça la fait plus rire qu'autre chose!<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Chez nous le pire est l'arrogance dont fait preuve notre aînée... Sa façon de nous regarder en coin, de nous ignorer lorsque nous lui parlons ou même de stimuler sa soeur pour qu'elles soient<br /> deux à faire la bêtise que nous essayons d'interdire!! Au-delà de la bêtise, c'est bien ce comportement qui nous dérange le plus... De plus elle n'est que colères, pleurs, cris ou autres et c'est<br /> USANT de vivre comme ça tous les jours...<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> J'ai eu la chance immense d'avoir un Fiston qu'il était impossible de punir dès 18 mois: mis au coin: il se sauvait, enfermé dans sa chambre même quelques secondes: il hurlait à la mort et aurait<br /> tout retourné, et une tape passé la suprise il cherchait à rendre le coup!<br /> Alors j'ai appris à faire autrement et ça marche très bien. La meilleure alternative à la punition: les empècher de faire des bétises: ne pas leur laisser l'occasion tant qu'ils n'ont pas compris<br /> l'interdit. Et accepter que souvent les bétises sont là d'abord pour exprimer leur mal-être, enfin certaines expériences sont vraiment trop tentantes.<br /> Cette semaine mes loulous 9 et 12 ans sont revenus coup sur coups à la maison avec les pieds bien trempés pour avoir joué un peu trop près du ruisseau qui passe près de chez nous. Ils étaient<br /> bien assez contrarié d'avoir mouillé leurs chaussures (sa seule paire pour Fiston), Ils se sont changés, ont mis à secher leurs affaires et puis c'est tout.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Je comprends tout à fait ce que tu me dis pour l'isolement car ma fille aînée n'a jamais supporté que l'on puisse l'écarter, même si c'était pour essayer de lui faire comprendre pourquoi son<br /> geste était à corriger. Elle a aujourd'hui quatre ans et nous la trouvons très difficile pour tout. Ce qui nous dérange (nous inquète?) le plus, c'est bien son agressivité à notre écart. Elle<br /> hurle, nous traite d'imbéciles et n'hésite jamais à taper du poing sur la table, donner des coups de pieds... C'est très difficile à gérer au quotidien et ce qui nous gêne encore davantage est<br /> l'effet d'imitation chez sa soeur de deux ans...<br /> <br /> <br /> Merci pour ton commentaire et pour ta visite ici! À bientôt!<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> Bonjour à toustes,<br /> <br /> <br /> merci pour cet article<br /> <br /> <br /> pour mma part je pense que la psychanalyse (c'est quand même l'obédience de psychologies, et un gros lobby en france) n'a rien compris à la notion de responsabilisation.<br /> <br /> <br /> Oui, la punition peut être efficace<br /> <br /> <br /> Non, elle ne l'est pas avec tout le monde, et avec les enfants a fortiori plus ils grandissent et moins elle est efficace dans bien des cas. Ce qui me gêne surtout, c'est qu'elle détourne<br /> l'attention de l'enfant des conséquences de ses actes, puisque souvent l'enfant ressent de la colère pour ce pour quoi il a été privé. Ca le prive d'un processus très important, celui qui lui<br /> donnerait envie de réparer. En ce sens, même si elle empêche souvent l'enfant de faire ce que l'adulte ne veut pas, elle l'empêche de prendre la responsabilité de ses actes. Souvent, après les<br /> enfants ne font pas l'acte interdit seulement par peur, et quand la peur disparait quand l'enfant est moins dépendant, il transgresse souvent l'interdiit en cachette. Et surtout, la punition nuit<br /> à l'estime de soi de l'enfant ou à la relation parent-enfant.<br /> <br /> <br /> A coté de ça, la quasi totalité d'entre nous a été élevée avec des punitions donc c'est un chemin difficile que d'apprendre à s'en passer, car c'est un réflexe. On n'imagine même pas qu'il est<br /> possible de faire autrement, souvent. <br /> <br /> <br /> Pour ce qui est de la société, si la punition était efficace cela se saurait : il y aurait peu de récidives. Bizarrement dans les systèmes judiciaires qui sont moins punitifs et plus axés sur les<br /> conséquences et l'éducation (suède par exemple), le taux de récidive est très faible.<br /> <br /> <br /> Le guide pour remplacer la punition existe déjà : par exemple, dans les livres et ateliers Faber & Mazlish ("parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent") il y<br /> a un atelier / chapitre intitulé : Remplacer la punition (qui vient après celui dénommé "susciter la coopération"). On y voit la différence entre conséquences et punition, et quelques habiletés<br /> permettant d'éviter d'y recourir.<br /> <br /> <br /> En France on croit souvent qu'il suffit d'expliquer, de parler, parler, etc, et que ça va résoudre le problème (un héritage de la psychanalyse là encore). L'approche Faber et Mazlish est<br /> sensiblement différente : il s'agit certes de communication, mais de communiquer sur nos besoins et nos émotions, et non par la "raison". Et il s'agit de fixer aussi nos limites à nous et de se<br /> respecter soio en tant que parent tout autant qu'on respecte son enfant dans son vécu.<br /> <br /> <br /> Pour finir, chez nous nous n'y avons pas recours (enfin mon compagnon de temps en temps l'isolement, moi non), j'ai moi même beaucoup travaillé la question à travers mes lectures et ateliers, et<br /> je constate que mon fils de 3 ans coopère souvent très bien, apprend à réparer, s'excuse de lui-même, etc. Je suis au clair sur mes limites et je les popse sans problème, et ce sans avoir recours<br /> à la punition du tout. Bref, si je continue dans cette voie c'est qu'elle me satisfait vraiment et me permet de respecter mes besoins à moi aussi !<br /> <br /> <br /> Vraiment si ça vous intéresse je vous invite à consulter un livre Faber et Mazlish ou à faire un atelier, c'est vraiment très enrichissant.<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Bonjour Clochette,<br /> Tout d'abord je te remercie de ta visite et ton commentaire sur le sujet d'aujourd'hui. Comme tu as pu le voir, je partage en partie ton opinion concernant le fait que la punition n'est pas<br /> efficace avec tout le monde mais que c'est un héritage que nous avons reçu de nos parents et de l'instruction que nous avons suivi. Pour cette raison, il est très difficile de refouler nos élans<br /> punitifs (!!) mais je crois que le fait d'en prendre conscience et de chercher des alternatives est la preuve que les mentalités évoluent en voyant que les punitions ne résoudent pas tout.<br /> <br /> <br /> J'ai le livre de Faber et Mazlish mais je suis en train de lire Isabelle Filliozat ("Il n'y a pas de parents parfaits") alors j'ai hâte d'y arriver!<br /> <br /> <br /> À bientôt!<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> Je suis d'accord avec toi que faire de la punition LA solution n'est pas très contructif, tout dépend de l'enfant et de la bêtise par exemple. Cela dit, en ce qui concerne ton exemple, ton code<br /> de la route, je ne suis pas d'accord ou plutôt, personnellement je ne réagis pas parei : l'idée d'avoir une sanction (financière en l'occurence) me fait respecter les limites, je ne cherche pas à<br /> voir où sont les radars et je me dis aussi que si on a mis ses limites, c'est pour une raison. Donc, dans mon cas, cette sanction-là marche mais dans d'autres, bien sûr, je n'aurais pas la même<br /> réaction. Tout ça pour dire que chaque être unique, chaque relation aussi, du coup, on ne peut pas tellement généralisé sur la sanction à proposer, il me semble. <br /> <br /> <br /> En fait, ce que je voudrais savoir, c'est quelle est l'alternative à l'a punition ? Il faudrait des exemples concrets parce que dans certaines situations, le dialogue ne me semble pas marcher...<br /> <br /> <br /> A suivre donc ! Merci beaucoup pour cette réflexion ! <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Merci Clem pour ton avis! Je reviens sur le sujet du code de la route car je crois que tu as la réaction recherchée par ce genre de sanctions! Je suis consciente que les limites sont posées pour<br /> que la circulation puisse se faire en toute sécurité pour l'ensemble des usagers mais alors, pourquoi n'y a-t-il pas de limite de vitesse en Allemagne? Cela ne veut pas dire que tout le monde<br /> soit libre de conduire comme il le souhaite mais je pense que cela sous-entend une conscience générale de la responsabilité de chacun.<br /> <br /> <br /> Je me pose les mêmes questions que toi concernant les alternatives à la punition car même si le dialogue pourrait être l'idéal, je dois reconnaître que chez nous cela ne fonctionne pas...!<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Je suis d'accord pour éviter les punitions mais je n'ai malheureusement pas d'alternative qui me convienne. Alors j'essaye au moins d'adapter la punition à la bêtise : quand quelques chose est<br /> cassé ou sali, une aide pour nettoyer / ranger me semble suffisant vu que l'enfant se sent déjà mal. Ici on les envoie surtout dans leur chambre quand ils font trop de bruit ou des bêtises à la<br /> chaine, mais ils y font ce quil veulent. Bref, pas de punitions très dures, sauf cas exceptionnel. Genre choupette qui file voir le voisin alors qu'on lui a interdit, donc punie de dessins animés<br /> pendant plusieurs jours. Mais cela a-t-il vraiment eu un effet ? Je ne crois pas...<br />
Répondre
M
<br /> <br /> C'est tout à fait ce que je pense aussi, je crois que le message principal à transmettre à l'enfant est celui que chacun de ses actes implique des conséquences. À tout âge il faut savoir<br /> s'adapter au comportement de celui ou celle qui grandit à nos côtés mais sans oublier que les limites sont toujours fixées par les parents. Reste à savoir comment les faire respecter!!!<br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> je ne peux m'empêcher de pense que<br /> <br /> <br /> 1- il ne faut pas mettre de fessée<br /> <br /> <br /> 2 - il ne faut pas punir<br /> <br /> <br /> 3 - il faut parler et expliquer.... <br /> <br /> <br /> ben oui, mais non. Je suis pour le courant qui dit qu'un enfant est un enfant, qu'on n'a pas toujours à parlementer avec lui et que s'il n'obéit pas, il assume les conséquences (les termes sont<br /> un peu dur et exagérés!). Comme un salarié en entreprise, un étudiant à un concours... bref, la vie quoi.<br /> <br /> <br /> Ce qui n'empêche pas de dorloter un enfant par ailleurs bien sur!<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Il faudrait trouver le guide des alternatives à la punition!! Y'a plus qu'à faire travailler nos méninges!!<br /> <br /> <br /> <br />
W
<br /> Moi je suis pour en dernier recours et sous condition... tiens regardes plus en détail: http://theworkingmum.wordpress.com/2012/10/27/discipline-et-punitions-bienvenue/<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Je vais lire ça alors!<br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> J'essaye d'expliquer d'abord. Je punis ensuite si l'explication donnée plusieurs fois n'est pas respectée. Quand je le punis, je le mets dans sa chambre quelques minutes. Je ne pense pas que ce<br /> soit efficace malheureusement car il recommence et refait les mêmes bêtises. Il est têtu comme une mule et ne m'écoute pas.<br /> <br /> <br /> Je le punis rarement. J'essaye d'expliquer calmement. Et souvent, j'avoue, je m'énerve.<br /> <br /> <br /> Je suppose qu'à force de répéter, ça finira par rentrer...<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Je fais de même, j'essaye toujours d'anticiper afin que mes filles puissent prévoir ma réaction si elles vont contre ma volonté. Il est bien connu que les enfants cherchent souvent à repousser<br /> toutes nos limites alors il faut constamment leur rappeler jusqu'où ils peuvent aller!<br /> <br /> <br /> <br />

Archives

À propos

Blog Lifestyle d'une Bretonne Expatriée